Vous êtes ici : AccueilAssurance prévoyanceActualiteAssurance vie: un capital, des projets

Assurance vie: un capital, des projets

L'assurance vie est le placement idéal pour constituer un capital. L'épargne constituée peut satisfaire de multiples objectifs. Particulièrement indiqué dans le cadre de projets immobiliers, l'assurance vie est souvent souscrite pour assurer le remboursement du capital dans le cadre d'un 'prêt in Fine'.  C'est d'autre part une épargne encore défiscalisable.

Assurance Vie: pourquoi faire?

Souscrire une assurance vie permet de se constituer un capital:

  • soit vous récupérez le capital au terme du contrat,
  • soit il est reversé au bénéficiaire indiqué sur le contrat d'assurance vie.

Attention à la clause de désignation

Concernant la clause de désignation (qui sera bénéficiaire du contrat d'assurance vie), vérifiez bien les conditions et les clauses en détail. S'il semble naturel que les héritiers ou les ayants droits du signataire du contrat héritent du capital en cas de décès du souscripteur, en revanche quand il est bien vivant...

En fait, selon les clauses définies dans l'assurance vie, les ayants droits peuvent hériter du capital au terme du contrat échu, du vivant du souscripteur. La personne qui a souscrit l'assurance vie ne recevra rien,  bien qu'elle ait financé cette épargne... Donc, faites attention aux modalités de libération du capital.

L'Assurance Vie existe sous 2 formes

Contrat monosupport en euros

Ce contrat est majoritairement investi dans les produits à taux garanti: obligations du secteur public ou privé. C'est un placement sans risque. Chaque année, les intérêts sont définitivement acquis.

Contrat multi-support.

Ce contrat est investi sur plusieurs supports (ou plusieurs fonds) plus ou moins spéculatifs.

On trouve en général un fonds en euros ou un fonds garanti équivalent au contrat monosupport précédent.
Les autres fonds proposés sont basés sur des FCP (Fonds Commun de Placement) ou des Sicav boursières. Ces fonds ne sont pas garantis en montant.

À chaque versement, un nombre de parts est attribué selon le cours du fonds. La valeur de la part variant à la hausse ou à la baisse. Seul ce nombre de parts acquises est garanti. Ce sont des fonds en unité de compte, UC.

Suivant les contrats, la répartition entre les fonds peut être libre ou imposée par le contrat, plusieurs profils sont alors proposés: Dynamique, Prudent, Équilibré...

Avantage / inconvénient: comparaison des 2 types de contrats

Contrats en euros

Avantages

Les contrats en euros offrent une grande sécurité au souscripteur:

  • ils sont investis majoritairement dans les obligations,
  • leur capital est garanti,
  • les gains des années passées sont définitivement acquis au souscripteur, ils ne peuvent jamais être repris ultérieurement.

Inconvénients

La revalorisation globale des formules en euros s'infléchit d'année en année. Car pour offrir à la fois un minimum garanti et une sécurité du capital, il y a un investissement massif en obligations.
Et ses taux de rendement sont en baisse continue depuis plusieurs années.

Contrats en unités de compte

Avantages

Ces contrats permettent d'investir sur les marchés boursiers et immobiliers en profitant de la fiscalité privilégiée de l'assurance vie. Ils s'adressent à ceux qui souhaitent atteindre la performance maximale sur le long terme.

Inconvénients

Les contrats en unité de compte n'offrent pas de taux minimal garanti, un gain réalisé peut être effacé par un mauvais résultat.

Les frais des contrats d'assurance vie

Tous les contrats d'assurance vie sont soumis à des frais, qui varient d'un contrat à l'autre: frais de versement, frais de gestion, frais d'arbitrage.

Frais de versement

Ce sont les plus connus. Un pourcentage est retenu sur chaque versement. Son taux varie entre 0 % et 5 %. Les taux les plus élevés sont en général négociables.

Frais de gestion

Ces frais représentent un pourcentage de la valeur des fonds placés.
Attention, car es rendements des placements sont communiqués en valeur nette de frais de gestion par les assureurs. Les frais de gestion apparaissent donc souvent masqués, et c'est à ce niveau que les contrats dits "0 frais..." se rémunèrent.
Les frais de gestion sont en général plus élevés sur les fonds en UC que sur les fonds en euros.

Frais d'arbitrage

Ce sont les frais prélevés à chaque modification de vos placements (portefeuille). Certains assureurs offrent le premier arbitrage dans l'année. Ces frais sont généralement compris entre 0,60 % et 0,90 % de la valeur du fonds, avec des plafonnements mini et maxi.

Les différents types de versements

Vous pouvez constituer votre épargne assurance vie avec 3 types de versements.

Le versement unique

Le contrat est constitué d'un seul versement (au minimum de 1 500,00 €).

Les versements périodiques ou programmés

Le souscripteur s'engage à verser une somme déterminée à l'avance (tous les mois, trimestres, semestres ou 1 fois par an).

Les versements libres

C'est le souscripteur et lui seul, qui détermine le montant et les dates de ses investissements.

La fiscalité de l'assurance vie

Fiscalité sur les rachats

En cas de rachat partiel ou total, seuls les revenus (intérêts ou plus-values) sont soumis à l'impôt.

Fiscalité sur les Rachats > Régime en vigueur (pour les versements effectués depuis le 1er janvier 1998)

Âge du contrat

Imposition au choix

Le rachat est exonéré d'impôt en cas de licenciement, liquidation judiciaire ou de la mise en retraite anticipée du souscripteur ou de son conjoint (jusqu'à la fin de l'année où l'évènement se produit).

moins de 4 ans

  • Prélèvement forfaitaire libératoire de 35 %
  • Impôt sur le revenu: intégration dans le revenu imposable

entre 4 et 8 ans

  • Prélèvement forfaitaire libératoire de 15 %
  • Impôt sur le revenu: intégration dans le revenu imposable

plus de 8 ans

  • Prélèvement forfaitaire libératoire de 7,5 % donnant droit à un avoir fiscal de même montant dans la limite de 4 600,00 € (ou 9 200,00 € pour un couple)
  • Impôt sur le revenu : intégration dans le revenu imposable après abattement de 4 600,00 € (ou 9 200,00 € pour un couple)

Fiscalité d'une sortie en rente

Le capital acquis sur le contrat peut être transformé en rente viagère (jusqu'à la fin de sa vie).
La rente issue d'une assurance vie est imposée sur une fraction dépendante de l'âge du rentier à la mise en place de la rente.

Fiscalité d'une sortie en rente

Âge du rentier

Part imposable dans l'impôt sur le revenu

Pas de prélèvements sociaux pour la transformation du capital acquis en rente. Par contre, il y a des prélèvements sociaux spécifiques sur le paiement de la rente.

moins de 50 ans

70 %

de 50 à 59 ans

50 %

de 60 à 69 ans

40 %

70 ans et plus

30 %

Fiscalité d'une sortie en capital

Le ou les bénéficiaires ont été désignés dans le contrat (contrat initial ou par avenant) dans la clause "bénéficiaire". L'application de cette clause ne doit pas avoir comme conséquence un non respect des quotités réservées.

La fiscalité de l'assurance vie a été modifiée à plusieurs reprises. Dans le régime en vigueur (contrats souscrits depuis le 13 / 10 / 1998) tout dépend de l'âge du souscripteur au moment de ses versements.

Fiscalité d'une sortie en capital > régime fiscal en vigueur (contrats souscrits depuis le 13 / 10 / 1998)

Versements effectués

Imposition

avant 70 ans

  • Aucune imposition jusqu'à 152 500,00 € par bénéficiaire
  • Imposition forfaitaire au taux de 20 % au-delà
  • Exonération jusqu'à 30 500,00 € (pour l'ensemble des contrats du défunt)

après 70 ans

  • Au-delà, soumis aux droits de succession (suivant les liens de parenté)
  • Exonération des intérêts et des plus-values (seuls les versements sont soumis)

 

Actualités Assurance Prévoyance
assurance perte emploi
Connaissez-vous l'assurance "perte emploi"à Cette garantie permet d'assurer votre pouvoir d'achat en cas de chômage. En temps normal, l'assurance "perte emploi" est un type d'assurance jugé…
prevoyance
Emballé par les promesses du conseiller en assurance vie, vous avez signé un contrat d'assurance vie alléchant. Mais rentré à la maison, ben... finalement non. C'est pas si bien! Que…
En cas d'arrêt ou d'incapacité de travail, un salarié peut avoir des indemnités journalières en remplacement de son salaire. Cette aide est prise en charge par la Sécurité Sociale et…