Vous êtes ici : AccueilGuideActualiteHollande devant les représentants des mutuelles

Hollande devant les représentants des mutuelles

KelAssur.com, comparateur spécialiste de l'assurance, résume les éléments clés du discours du président à la mutualité française.

Une bonne situation en dégradation

Le président a rappelé la très bonne qualité des soins en France, pays qui consacre 12% de sa richesse nationale à la santé. Une qualité qui coûte année après année, avec une hausse des dépenses de santé de 6 milliards d'Euro par an.
Il a également évoqué des outils comme la Couverture Médicale Universelle (CMU) et la Couverture Médicale Universelle Complémentaire (CMUC) qui ont vu le jour ces dernières années, et qui permettent d'assurer les français les plus fragiles.

Bilan de la protection santé en France

Cependant ce bilan est à mitiger, car 4 millions de français ne peuvent accéder à ces dispositifs. Ainsi, 15% de  nos compatriotes "refusent de se soigner pour des raisons financières". C'est notamment le cas pour les jeunes et les étudiants.
Il a mis en cause la création de la franchise médicale en 2004, pour expliquer la baisse de la prise en charge par l'assurance maladie, ainsi que l'extension de cette franchise aux médicaments en 2008 ou encore un ticket modérateur de 18 € pour les actes lourds.

Dépassement d'honoraire et déserts médicaux, les sujets brûlants

Il a fustigé des dépassements d'honoraires parfois "exorbitants" pour consulter un spécialiste. Alors que trois jours plus tard, un accord sur les dépassements d'honoraires a été trouvé, le président avait démontré lors de son discours son vif intérêt sur la question en indiquant que faute d'accord entre les parties, une loi serait votée.

Il a également indiqué qu'il souhaitait, comme il l'avait évoqué dans son programme  présidentiel, mettre fin aux déserts médicaux. Il souhaite que tous les français puissent accéder à une offre santé en moins de 30 minutes.

Le cap santé: accès aux soins pour tous

M. François Hollande place l'accès au soin de qualité à tous comme l'axe prioritaire de sa politique santé. Il a détaillé deux axes.

AME étendue à plus de foyers

D'une part il veut que L'aide Médicale de l'État (AME) profite à plus de monde. Dispositif qui permet de bénéficier d'une aide financière pour acquérir une complémentaire santé. Aujourd'hui, seulement 650 000 français en bénéficient (sur 4 millions de bénéficiaires potentiels) pour un budget de 4 milliards d'Euros.

Fiscalité allégée sur les assurances complémentaires à "contrat responsable"

D'autre part il souhaite que les contrats de complémentaires santé responsables et solidaires soient retouchés pour répondre à de nouvelles exigences. En échange de quoi ils seraient assujettis a une fiscalité plus légère.
En espérant que ceci incite les mutuelles à baisser leurs tarifs: rappelons que les assurances complémentaires ont toujours lié hausse de taxe et fausse de cotisations.

En conclusion: ouvrir le débat sur le financement

Pour finir son allocution, le président François Hollande a ouvert le débat sur le financement de la sécurité sociale: "il ne peut pas être accepté que ce soit sur le seul travail, sur les seuls salariés, que repose le financement de la sécurité sociale".

C'était justement l'un des objectifs de la création de la franchise médicale...

Le mot du comparateur d'assurances et mutuelles

Attention aux amalgames: si une partie de la population concernée ne bénéficie pas de certains dispositifs d'aide à la Mutuelle ou de l'accès aux soins pour tous, ce n'est pas toujours dû à la nature ou aux conditions des dispositifs en eux-mêmes.

Appliquer les lois avant de les réformer

Une partie des bénéficiaires potentiels ne font tout simplement pas la demande ou les démarches nécessaires pour obtenir ces aides.

À quoi s'ajoute des dysfonctionnements dans la gestion des dispositifs, établi dans un rapport (*) du Ministère de la santé et des solidarités, datant de 2007:

  • directives d'application insuffisantes pour les structures chargées de gérer l'AME,
  • absence de structure de coordination entre les intervenants
  • mise en oeuvre des réformes successives incomplète, 
  • etc.

Voter des lois c'est bien, mais sans donner les moyens et les consignes nécessaires à leur application, les objectifs visés ont peu de chance d'être atteints.

Tenir compte de la réalité de terrain

Ignorer la réalité de terrain est un autre obstacle: des assurances complémentaires santé qui rechignent à souscrire des contrats aidés, des médecins spécialistes qui refusent de prendre en charge les patients avec une prise en charge CMU, des déserts médicaux qui ne peuvent se remplir si les médecins ou les hôpitaux ne peuvent équilibrer leur budget ni vivre correctement de leur activité...

(*) Rapport d'Audit de modernisation de la gestion de l'AME -
Inspection Générale des finances N°006-M-085-02 et Inspection générale des affaires sociales n° RM2007-026 P

Actualité guide
Panneaux piste cyclable
Si bien sûr on pense toujours à l'assurance d'une motocyclette (obligatoire), a-t-on le réflexe d'assurer un véloà Et que couvre une assurance véloà Autre point: quelles sont les règles…
medicament
La loi sur la sécurisation de l’emploi, officialisée le 14 Juin 2013, transpose un Accord National Interprofessionnel (ou ANI). Cette loi a notamment pour objectif de généraliser…
responsabilité civile
Toute activité professionnelle est susceptible de mettre en cause la responsabilité civile de l’entrepreneur, qu’il exerce en nom propre ou en société.