Vous êtes ici : AccueilGuideActualiteIrradiation: peut-on se protéger?

Irradiation: peut-on se protéger?

Au-delà de la tristesse et du drame subi par la population du Japon, qu'en est-il du risque encouru dans nos pays? Et plus généralement, quelles sont les suites d'une irradiation, même en dehors d'une catastrophe?

D'ores et déjà, sachez que si vous êtes malade des suites d'une irradiation accidentelle, l'assurance maladie et votre mutuelle peuvent vous prendre en charge. Mais dans certaines limites. Ceci concerne avant tout le risque professionnel. Les suites de catastrophe ou guerre nucléaires sont souvent écartés des conditions de prise en charge des assurances et des mutuelles.

La situation en France

Après l'aventure Tchernobyl, plus personne ne tente de nous faire croire que les nuages de particules contournent nos frontières.  La catastrophe de Fukushima a plus d'un mois: il est donc admis que des nuages de particules survolent notre pays. Et ils sont surveillés: notamment par l'IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) qui fournit un rapport quotidien de la radioactivité de l'air en France (réseau de sondes Téléray, avec actualisation des données toutes les  4 h).

Un outil de surveillance spécifique a été mis en place suite à la catastrophe du Japon: CRITER, qui utilise les données Téléray et d'autres types de mesures. Vous pouvez consulter les mesures de composés radioactifs (Césium 137 et 137, Iode 131 et Tellure 132 ) présents dans les légumes cultivés, ou le débit de doses Gamma (rayons de photon à haute énergie), par département. Les niveaux actuels sont indiqués être sans danger pour la population. Reste que le Japon est toujours en état d'alerte, et que la situation est loin d'être sous contrôle!

Contamination et rayonnement

Ce ne sont pas les mêmes phénomènes, même s'ils peuvent avoir des conséquences similaires sur l'organisme humain. La contamination est due à l'exposition à des particules radioactives par contact. Le rayonnement est un phénomène physique (transport d'énergie ou de particules).

2 types de rayonnement

Il existe des rayonnements non ionisants (micro-onde, radio, télé, UV etc.) et des rayonnements ionisants: ceux qui entraînent les maladies dues à la radioactivité. Ils ont la particularité de casser les liaisons atomiques des atomes constituant la matière, qu'elle soit organique ou non. Ce qui provoque de nombreuses maladies, en dégradant les cellules du corps, et particulièrement l'ADN. Pour les accidents nucléaires, on évoque le plus souvent les radiations ionisantes.

Maladies liées aux radiations, expositions

Être exposé aux radiations ou aux particules radioactives est dangereux pour l'homme, et peut être mortel. Les conséquences sur sa santé varient suivant le mode et la durée d'exposition, ainsi que la dose de radioactivité subie. Le décès est une issue fréquente,  soit à court terme, soit à long terme et dans ce cas, il est causé par les maladies provoquées par une irradiation, et s'aggravant avec le temps.

Modes d'exposition

Irradiation externe

Rayonnement reçu directement d'une source à proximité immédiate (réacteur nucléaire, moteur nucléaire, instruments de radiologie...). L'effet est instantané, et le risque est vital si la dose est élevée. L'irradiation externe directe provoque une brûlure dont l'intensité augmente avec la dose. Une personne irradiée ne contaminera personne: elle est "seulement" brûlée.

Contamination externe

L'irradiation n'est pas due à l'exposition directe au rayonnement, mais  à des particules contaminées par la radioactivité. En se déposant sur la peau, les muqueuses, les vêtements, les cheveux etc. elles provoquent des lésions qui surviennent plus tard.

Contamination interne

Elle est due à des substances radioactives présentes dans le corps. Substances absorbées en ingérant des aliments ou une eau contaminée, ou en respirant des particules contaminées. Là aussi, les lésions apparaissent plus tard.

Maladies et symptômes

Le syndrome d'irradiation aiguë

Il est provoqué à forte dose de rayonnements ionisants, même ponctuelle, sur une partie importante du corps. Il n'est possible que dans un environnement à radioactivité intense, essentiellement de cause humaine (incidents en laboratoires de radiologie ou d'instrumentation,  en centrale, ou explosion atomique). Il se caractérise par  3 phases:

  1. phase annonciatrice (dite prodromique)
    durée de quelques heures à quelques jours. Symptômes:  diarrhée, nausée, vomissements, anorexie (manque d'appétit), érythème (rougeurs de peau)
  2. phase de latence (dite phase Walking Ghost):
    le sujet semble guéri. Quelques heures si l'irradiation est très sévère, à quelques semaines.
  3. phase aigüe:
    nombreux troubles: problèmes de production de cellules du sang, gastro-intestinaux, respiratoires, cutanés, cérébro-vasculaires. La mort peut survenir. Ce syndrome est provoqué par l'irradiation au rayonnement (irradiation externe).

Maladies dues à la contamination

Troubles directs:

Ils sont multiples et déclenchés par la dégradation des cellules du corps soumises au contact de particules radioactives. Maladies respiratoires, cancers et leucémies, maladies de peau, maladies cardiaques etc. Tout dépend des parties du corps contaminées, de quelle façon (contact, ingestion, respiration...), de la dose et de la durée d'exposition aux particules radioactives. Il peut se passer plusieurs années avant que les premiers symptômes apparaissent. Il peut donc être difficile de faire le lien entre la maladie et une contamination radioactive, qui peut passer totalement inaperçue au moment où elle se produit.

Troubles indirects

Les enfants conçus par les personnes soumises à une source de contamination radioactive peuvent être atteints de maladies ou de malformations (mutation de l'ADN, perturbation de l'embryogenèse etc. ).

Remarque: sachez que la mutation de l'ADN peut survenir même sur un adulte. Provoquée par divers agents (radioactivité, métaux lourds, polluants...) ses conséquences sont moins visibles que sur un embryon, mais peuvent  engendrer de graves maladies chez l'adulte. Le corps scientifique est actuellement incapable de déterminer avec certitude l'incidence des polluants auquel nous sommes soumis.

Comment se protéger

Irradiation externe

S'éloigner le plus possible de la source radioactive est la seule protection possible. Plus la source est puissante, plus le périmètre de contamination est important. L'éloignement protège uniquement de l'irradiation directe, pas du risque de contamination par les particules, la nourriture ou l'eau, qui transportent les substances radioactives.

Contamination externe

Le confinement reste la meilleure mesure de protection: il faut rester chez soi en gardant portes et fenêtres fermées pour limiter la pénétration de particules radioactives. Les masques simples sont inefficaces. Si vos enfants sont à l'école, chez des amis ou chez la grand-mère, le mieux est de les y laisser: aller les chercher les expose et vous expose.

Contamination interne

C'est la plus dangereuse sur le long terme, et contre laquelle il est le plus difficile de se protéger, surtout si la pollution est à grande échelle. Les éléments radioactifs mettent des décennies à disparaître. Le stockage de bouteilles d'eau évite de consommer l'eau du robinet potentiellement contaminée. Il faut aussi écarter tout type d'aliment susceptible d'avoir été contaminé par les eaux, les pluies etc.

Être vigilant

En cas d'accident nucléaire, il faut suivre l'information à la radio ou la télé, de façon à s'adapter si la situation l'exige.

Que faire en cas de contamination externe

Débarrassez-vous de tout ce qui est source de contaminations: ôtez vos vêtements et douchez-vous en insistant sur les cheveux. C'est sous cette forme que le risque est dangereux, par dissémination des particules. Une personne contaminée n'est pas encore forcément irradiée, mais elle transporte des particules irradiantes et peut contaminer d'autres personnes par contact.

Dispositif national

Si vous entendez une sirène dont le son monte et descend, avec 3 séquences de 1 minute et 41 secondes, séparées d'un silence de 5 secondes, c'est une alerte: rentrez dans le premier bâtiment venu, et restez-y jusqu'à la levée de l'alerte: un signal de sirène régulier qui dure 30 secondes.

Les comprimés d'iode

En se fixant sur la Thyroïde (organe régulateur de notre organisme), les particules d'iode radioactif provoquent des cancers sur le long terme. L'iode des comprimés sature la Thyroïde,  ce qui empêche l'iode radioactif de s'y fixer. L'action est très courte: l'iode est éliminé par le corps en quelques heures. Tous les accidents nucléaires ne s'accompagnent pas d'émission d'iode radioactif. Il est donc inutile de prendre des comprimés d'iode en prévention, hors cadre du plan de secours.
Les comprimés d'iode se conservent longtemps. Le plan de secours national prévoit des stocks qui seront distribués en cas d'alerte. Mais ils ne protègent que la thyroïde, pas le reste du corps...
Tout le monde peut en prendre, suivant une posologie spécifique (dosage et durée) à chacun: adulte, enfant, bébé, femme enceinte... Pas d'auto-médication, car certaines personnes sont gravement allergiques à l'iode. Il existe pour celles-ci un autre produit protégeant contre l'irradiation à l'iode.

Fukushima

De par la gravité de l'accident, les risques de contamination et d'irradiation sont très importants aux abords de la centrale, dans un  rayon de 40 km: l'état des lieux est donc difficile à faire, d'autant plus que la situation n'a pas pu être stabilisée comme pour Tchernobyl, grâce aux liquidateurs qui ont sacrifiés leur vie. La catastrophe de Fukushima vient d'être réévaluée du niveau 5 au niveau 7   (le même que Tchernobyl). Mais les réacteurs ne sont toujours pas confinés à ce jour. La zone vient de subir un nouveau tremblement de terre (6.6) ce Lundi 11 Avril. La situation est donc toujours critique.

Comment aider le Japon?

Nous répertorions sur notre page Face Book la liste des sites qui proposent un moyen concret de venir an aide au pays et à ses sinistrés. N'hésitez pas à soumettre votre initiative.
http://www.facebook.com/notes/kelassur/venir-en-aide-au-japon-les-adresses/213116912048031

Liens utiles:

Actualité guide
auto assurance
Peut-on s'assurer soi-mêmeà Une question posée par votre comparateur d'assurances KelAssur. Et la réponse n'est pas évidente. S'assurer, ce n'est rien d'autre qu'avoir la certitude de…
Pour assurer la lutte contre la contrefaçon de billets de banque, de nouveaux billets feront leur apparition au fil du temps. Aujourd'hui, jeudi 2 mai, on laisse place au nouveau billet de 5…
Panneaux piste cyclable
Si bien sûr on pense toujours à l'assurance d'une motocyclette (obligatoire), a-t-on le réflexe d'assurer un véloà Et que couvre une assurance véloà Autre point: quelles sont les règles…