Vous êtes ici : AccueilGuideActualiteJ'ai une bonne mutuelle (fiction)

J’ai une bonne mutuelle (fiction)

Sur fond de pastiche (humoristique), les internes de Montpellier proposent une fiction qui reflète à la fois la réalité des patients, et leurs angoisses, face à un accès aux soins de plus en plus difficile. Les moyens financiers s'ajoutent à d'autres facteurs, que la vidéo sur les mutuelles dénonce: pénurie de professionnels de santé, non prise en charge par les mutuelles, système d'assurance santé obligatoire en berne, rendez-vous à long terme... Pastiche, pastiche, vous avez dit pastiche?

Des prunes pour une cerise

Les cerises deviennent un produit de luxe. Bientôt aussi cher que le caviar. Mais avec de gros noyaux difficiles à digérer. Nos mutuelles s'engagent-elles sur la même voie?

C'est le message subliminal diffusé par cette vidéo au ton caustique. Mais qui veut aussi expliquer les motivations des internes des hôpitaux à faire grève, ainsi que les abus du secteur de la santé, dont les premières victimes sont les assurés.

Les héros de l'histoire (les internes des hôpitaux) dénoncent tout le monde: mauvais médecins, trop bons spécialistes trop chers et trop occupés, assurance santé obligatoire défaillante, mutuelles très chères qui n'assureraient pas le rôle pour lequel on les paie...

Notez que la mutuelle prise pour cible dans cette parodie n'est pas la seule visée. En fait la vidéo des étudiants de médecine de Montpellier met en cause tout le système de soins français, et l'orientation qu'il prend.

Actualité guide
L'assureur Axa serait sur le point de vendre la majorité de ses parts d'Axa Private Equity. Une information non officielle, mais révélée par l'agence de presse américaine Dow Jones. Votre…
Le marché de la moto en 2011 n'a pas échappé à la crise. KelAssur Moto, votre comparateur d'assurance moto, vous délivre les chiffres des ventes de moto en 2011: Quels constructeurs…
Payer moins l'assurance credit: reforme Lagarde
Les banques détiennent 85% du marché de l'assurance emprunteur. 9 emprunteurs sur 10 souscrivent l'assurance de leur banque sans consulter la concurrence lorsqu'ils signent un crédit.